Retour sur le jeudi picard Ecophyto du 8 octobre

La réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires sur une aire d’alimentation de captage d’eau potable était à l’ordre du jour de cette demi-journée de rencontre proposée aux acteurs du plan Ecophyto en Picardie. Le territoire des captages de Compiègne (Baugy et les Hospices) est particulièrement exemplaire si l’on considère l’engagement des différents acteurs. Marie-Hélène Gabriel, chargée de mission de l’agglomération de la région de Compiègne (ARC) a rappelé que depuis 2009, 24 000 ha ont été contractualisés par les agriculteurs dans des démarches de réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires ce qui représente environ 50 % des agriculteurs. Il y en aurait même plus si les contraintes administratives sur ces dossiers étaient moins importantes (structure éligible, échanges de parcelles, …) a précisé Laurence Legrand de la Chambre d’agriculture de l’Oise qui accompagne les agriculteurs dans la réalisation des MAE (mesures agri-environnementales) réduction phyto.
Concernant la problématique nitrate, l’ARC a mis en œuvre un contrat azote signé en 2015 par 97 exploitants agricoles. Concernant les particuliers, l’agglomération de Compiègne propose des journées de formation au jardinage sans phyto. L’agglomération a quant à elle signé la Charte zéro phyto avec le Conseil régional de Picardie et l’Agence de l’eau Seine Normandie (AESN). Tous ces engagements étant soutenus financièrement par l’AESN.

Deux témoignages pour les 23 participants à cette rencontre
Les participants ont pu discuter avec M.Chartier, directeur de la jardinerie Jardiland de Margny les Compiègne et M.Cugnet, agriculteur à Armancourt (Oise).

La vente de produits phytosanitaires aux particuliers sera interdite en libre service à partir du 1er janvier 2017 et complètement interdite en 2019. Face à cette évolution, M.Chartier a choisi de mettre en place la charte jardinerie avec l’accompagnement de la FREDON de Picardie. Des visuels sont présents dans le rayon de son magasin, des documents sur le jardinage durable disponibles pour les clients mais le point qui semble le plus important pour M.Chartier et son équipe c’est la relation avec le client, l’accompagnement, les conseils qu’ils peuvent apporter dans le choix de solutions alternatives aux phytos. La formation qu’ils ont suivi dans ce cadre là leur permet d’être à l’aise dans ces sujets.

M.Cugnet exploite des parcelles situées à Armancourt sur la zone du captage des Hospices. Pour mettre en œuvre la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires, il raisonne ses interventions techniques selon les principes de la protection intégrée. Il fait également partie d’un groupe de développement animé par la Chambre d’agriculture de l’Oise. L’observation des parcelles et la connaissance des seuils d’intervention sont 2 outils mis en œuvre par M.Cugnet. Pour l’illustrer les participants ont pu aller relever une cuvette jaune dans du colza pour définir la présence d’altises dans la parcelle puis observer les plants. Un piège à limace a également été relevé dans la parcelle. Les seuils utilisés en Picardie sont présenté dans le guide_seuils_2015 réalisé par le réseau régional d’épidémiosurveillance.